L'analyse la clef de la reussite

De Wiki Auréa

Contexte

La méthanisation, ou digestion anaérobie, est un processus naturel. Elle permet une dégradation rapide de la matière organique, tout en assurant une production conséquente d’une énergie renouvelable valorisable sous différentes formes, le biogaz. En France, cette technologie est largement répandue dans le secteur industriel, ou elle assure le traitement des effluents depuis près de 30 ans. Dans le secteur agricole, contrairement à ce qui s’est produit chez nos voisins allemands et danois, la méthanisation ne s’est pas développée…jusqu’à présent. L’intérêt que présente la méthanisation dans le traitement des effluents d’élevages ainsi que le relèvement du prix de rachat des « énergies vertes » sont en train de changer la donne. Petit tour d’horizon des informations utiles.

Meta.jpg

L’analyse : la clef de la réussite

L’exploitation d’une unité de méthanisation impose la réalisation de nombreuses analyses. Celles-ci ont deux objectifs principaux :

• Premièrement, s’assurer de la conformité aux différentes réglementations applicables à ce type d’installation et aux différents produits susceptibles d’y être traités.

• Le deuxième objectif des analyses est la bonne gestion, d’un point de vue technique, de l’unité. En effet la digestion anaérobie est un processus biologique complexe mettant en oeuvre un écosystème bactérien. Comme tout écosystème, il est sensible aux variations de ses conditions environnementales. Le contrôle des matières entrantes dans le digesteur est donc un préalable incontournable pour anticiper tout problème.

Enfin, certaines analyses permettent d’estimer la production de biogaz issus de la digestion d’un déchet, et donc d’en évaluer l’intérêt dans une unité de méthanisation.


  • Méthanisation à la ferme : La réglementation

Une unité de méthanisation à la ferme est caractérisée par différentes activités : approvisionnement en matières premières, exploitation du digesteur, transport et conditionnement des co-produits de la méthanisation et l’utilisation de ces produits. Toutes ces activités sont potentiellement soumises à une réglementation. La large gamme de compétences du laboratoire AUREA vous permet de vérifier la conformité de vos activités à ces différentes réglementations : arrêtés ICPE (autorisation ou déclaration), arrêté 8 janvier 1998 (épandage de boues), NF U 44-051 (amendements organiques)...


  • Méthanisation à la ferme : Le suivi du processus

L’objectif du digesteur est bien sûr d’assurer une production de biogaz suffisante pour rentabiliser l’investissement. Les effluents d’élevages sont en général des produits dont le potentiel méthanogène est faible à moyen. Un apport de matières exogènes à l’exploitation est souvent indispensable. Le choix de ces matières premières complémentaires est primordial. En effet, tous les produits organiques n’ont pas la même capacité à produire du biogaz lors de la digestion.


  • Les matières entrantes

Actuellement, la réalisation d’un test de potentiel méthanogène (BMP) est la seule façon de mettre en évidence l’intérêt d’un déchet pour la méthanisation. Ce test permet d’estimer le volume de biogaz, ainsi que sa teneur en méthane, que l’on peut espérer produire en digérant une unité de matière organique du déchet considéré. Ce test est normalement réalisé au cours de l’étude de faisabilité du projet. Couplé à des tests de faisabilité technique à l’échelle du pilote, il permet de déterminer la taille de l’installation à mettre en place. Cette étape est primordiale car le dimensionnement de l’unité de méthanisation est conditionné par sa capacité de production et ne peut être modifié par la suite. Il est également indispensable de le réaliser avant l’introduction d’un nouveau type de déchet dans une unité en cours d’exploitation. La digestion anaérobie est un processus biologique réalisé par un écosystème microbien complexe. La performance du digesteur dépend de la stabilité de cet écosystème. La régularité de composition du mélange entrant est donc de mise. En conséquence, la réalisation d’analyses de composition à intervalles réguliers est le seul moyen de bien connaître vos matières premières et de s’assurer de leur constance. Cette analyse constitue également un préalable indispensable à l’introduction de tout nouveau substrat de méthanisation. De plus cette démarche permet de s’assurer de l’absence d’inhibiteurs : acides gras volatils (AGV), sodium, potassium, métaux lourds (Cu, Ni, Zn, Pb), soufre, protéines…

Metha2.jpg

  • Surveillance de la digestion

Les microorganismes impliqués dans le processus méthanogène sont performants dans des conditions environnementales bien précises. L’analyse du contenu du digesteur à intervalle régulier a donc un double objectif :

• Premièrement, elle permet de vérifier si ces conditions sont effectivement respectées.

• Deuxièmement, elle permet de déceler tout dysfonctionnement du processus afin d’agir en conséquence. Les paramètres suivis seront : le pH, le titre alcalimétrique, la teneur en AGV. La composition du biogaz est également un indicateur du fonctionnement du digesteur.


  • Le digestat

Le digestat produit au cours du processus peut être valorisé. En effet il s’agit d’un produit riche, notamment en azote minéral. Ses propriétés fertilisantes sont donc potentiellement élevées. Il peut être valorisé directement ou subir un traitement, séparation de phase, déshydratation… dans tous les cas connaître sa composition est intéressant. Epandu sur les parcelles de l’exploitation, le produit, dont les caractéristiques seront connues, permettra une valorisation maximale par les cultures des éléments nutritifs qu’il contient. Dans le cas d’un épandage chez une tierce personne, le digestat conservant un statut de déchet, la réalisation d’un plan d’épandage est obligatoire. Il est donc nécessaire de s’assurer de la conformité du produit à l’arrêté du 2 février 1998. Le digestat peut également bénéficier du statut de produit, et donc être épandu hors plan d’épandage. Le produit doit alors être homologué ou normé.

En fonction de l’origine des matières premières et des traitements qu’il a subit, les normes dont il peut répondre sont :

• NF U 44-051 « Amendements organiques -Dénominations, spécifications et marquage »

• NF U 44-095 « Amendements organiques -Composts contenant des matières d’intérêt agronomique, issues du traitement des eaux »

• NF U 42-001 « Engrais – Dénominations et spécifications»

La Méthanisation a AUREA

Le Laboratoire aurea, référent depuis de nombreuses années sur la thématique des produits organiques et de leur devenir, tient compte des besoins des gestionnaires d’unités de méthanisation en développant une gamme d’analyses et d’expertises nécessaires à leur bon fonctionnement. Aurea est en mesure de réaliser les analyses en lien direct avec le processus de méthanisation et la valorisation du digestat :

• Evaluation du potentiel méthanogène*

• Caractérisation des matières entrantes

• Analyses de suivi du digesteur

• Valeur agronomique du digestat

• Conformité du digestat, brut ou transformé, à différentes normes/réglementations.


Le laboratoire peut également assurer d’autres prestations qui découlent de l’activité de méthanisation :

• Conformité à la réglementation ICPE

• Analyses de sols dans le cadre de plans d’épandages

Cette diversité de compétences du laboratoire vous permet de centraliser l’ensemble des prestations analytiques auprès d’un seul interlocuteur.